Laboutiquedesenfants

Le spécialiste du déguisement pour enfant

En ce début de 3e millénaire, le déguisement est devenu chose courante. Toute fête est prétexte à déguisement. Cependant, l'une des fêtes qui est à l'origine de cette coutume n'est autre que la fête de Carnaval.

ÉTYMOLOGIE DU CARNAVAL
Le terme de Carnaval provient du latin "Carne Levare", qui signifie Ôter la viande, et de l'italien "Carnevale", qui signifie Mardi Gras. Le Carnaval est une fête chrétienne, qui précède la période de pénitence et de privation de 40 jours avant Pâques que représente le Carême. La durée de Carnaval varie selon le pays ; la date change chaque année, en fonction de Pâques.

LE CARNAVAL AU MOYEN-ÂGE
Au Moyen- Âge, Carnaval avait une grande importance. C'était la "fête des fous", ou "fête à l'envers". Les pauvres devenaient riches, le temps d'un jour ; les gens se moquaient les uns des autres, critiquaient les riches et les gens d'église sans complexe, protégés par leur déguisement et leur masque. Il s'agissait d'une période de licence joyeuse, où toute règle de vie normale était suspendue, où les excès étaient permis, se substituant ainsi aux interdits et autres tabous. Ripailles et licence des moeurs étaient caractérisés comme les éléments fondamentaux de cette fête.

DEPUIS LE 16e SIÈCLE
A la Renaissance, on associe les fêtes de Carnaval aux saisons : elles symbolisent le retour du printemps, la renaissance de la lumière, la fin de l'hiver.
Au 18e siècle se développe le charivari. Masqué et déguisé, encadré de musiciens, on entrait dans les maisons sans autorisation. Les chars, qui circulent encore parfois lors des cérémonies de Carnaval, apparaissent également à l'époque moderne. Ils ressuscitent une tradition antique selon laquelle le héros, pour fêter sa victoire, traversait Rome sur un char de triomphe, tiré par des chevaux blancs. Aujourd'hui, le char transporte les personnages déguisés.
Cette tradition carnavalesque a tendance à disparaître : après la Guerre de 1870 et la Première Guerre Mondiale, les déguisements s'éclipsent des places publiques. On les trouve alors principalement dans des lieux clos, occasions de bals masqués.

LES PERSONNAGES DE CARNAVAL
Malgré cette disparition sensible de la tradition, Carnaval est toujours prétexte à se déguiser et à se masquer. Certains personnages demeurent par ailleurs présents à chaque Carnaval. Ce sont généralement les personnages issus de la Comedia dell'Arte italienne. Polichinelle, avec son nez crochu et rouge, Arlequin, avec son masque noir, son glaive et son costume à pièces triangulaires multicolores, Pierrot, au visage enfariné, vêtu de blanc et coiffé d'une calotte noire,... sont de ceux-ci. Ces déguisements se retrouvent généralement davantage chez les adultes que chez les enfants.
Ces derniers préfèrent les déguisements d'animaux, de fleurs, de personnages divers et variés, d'êtres imaginaires, ... confectionnés par maman, ou disponibles dans les boutiques de jouets.
Et toujours, les masques, synonymes de moyen d'expression, complètent le costume.

LA TRADITION D'HALLOWEEN
Depuis une dizaine d'année, de nouveaux déguisements viennent compléter la gamme des fabricants. En effet, la tradition anglo-saxonne d'Halloween a traversé les frontières et conquis le coeur des petits français.
La fête de l'Halloween est d'origine celtique. Chez les Celtes, le 31 octobre était la veille du Nouvel An celtique, le Samain (la fin de l'été). Selon la légende, ce jour-là, les fantômes des morts se mêlaient aux vivants, transformés en esprits malins. Il était de coutume de laisser de la nourriture aux portes des villages, afin que les fantômes nourrissent et par conséquent apaisent leur esprit.
Peu à peu, la fête se transforma en fête pour les enfants. Dès le 15e siècle, ces derniers, déguisés en fantômes, allaient de porte en porte en demandant des friandises. Depuis 15 ans, la tradition d'Halloween est parvenue jusqu'en France.

DES PERSONNAGES EFFRAYANTS
De nombreux enfants, de toutes nationalités, se déguisent donc chaque 31 octobre. Toutefois, afin de perpétuer la tradition des esprits malins et de l'épouvante générée par les fantômes, les costumes représentent des personnages effrayants, et non plus les personnages de la Comedia dell'Arte.
La sorcière est, au Moyen-Âge, une guérisseuse à l'allure effrayante et aux pouvoirs maléfiques ; les fantômes rappellent les mauvais esprits qui reviennent hanter les vivants ; les squelettes représentent l'image de la mort ; les vampires sont des créatures légendaires mystérieuses qui se nourrissent d'êtres humains. Ces personnages, nés des peurs des hommes et des histoires qu'ils s'inventaient, sont particulièrement appréciés des enfants d'aujourd'hui qui, friands d'épouvante, sont heureux de pouvoir endosser le costume, le temps d'un jeu.

TOUT EST PRÉTEXTE A DÉGUISEMENT
Carnaval et Halloween sont, en France, les 2 principales occasions de déguisement. Toutefois, n'oublions pas que d'autres fêtes, plus régionales, sont également prétexte à déguisement : le Nouvel An en Chine, la fête de la Vierge de la Chandeleur au Guatemala... De même que les anniversaires, le réveillon du Nouvel An...
Face au succès des fêtes costumées, il devient intéressant d'étudier ce qu'apporte ce jeu à l'enfant.
Commentaires (1)
Agrohatrem
Merci pour cette belle serie !
2012-08-16
Ajouter un commentaire
Pseudo
Email (facultatif)
Commentaire
Copier lꞌimage